Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'échelle de Fred - Page 4

  • Enseignement supérieur : des besoins de qualifications qui évoluent rapidement

    Comme tous les pays développés, la France a connu au cours des 50 dernières années un accroissement massif de sa population étudiante. Les effectifs de l’enseignement supérieur ont été multipliés par 8, passant de 310 000 en 1960 à 2 319 000 en 2010 (2 429 900 à la rentrée 2013). Dans le même temps, le pourcentage d’une classe d’âge accédant au baccalauréat passait de 11% en 1960 à 73,7% en 2013. En termes de pourcentage de diplômés de l’enseignement supérieur, les chiffres varient selon les méthodes de calcul retenues mais, dans tous les cas, notre pays se situe dans une position favorable par rapport à ses partenaires de l’Union européenne ou de l’OCDE. Au niveau de l’Union européenne (UE), la stratégie « EU 2020 » a fixé l’objectif moyen de 40% de la population âgée de 30 à 34 ans titulaires d’un diplôme d’enseignement supérieur à l’horizon 2020, avec une cible pour la France à 50%. Notre pays se situait en 2012 à 43,6%, au-dessus de la moyenne EU 27 (35,7%). Pour autant, notre situation ne peut être considérée comme optimale. En premier lieu, si nos pourcentages de diplômés de l’enseignement supérieur se situent au-dessus des moyennes de l’UE et de l’OCDE, il reste une marge de progression pour parvenir au tout premier rang. En deuxième lieu, la France se positionne mieux s’agissant des  diplômes de  l’enseignement court à caractère professionnalisant – 6e rang de l’OCDE – que pour les  diplômés du cycle long, où elle n’occupe que le 19e rang. En effet, ce taux de diplômés du  supérieur masque la réalité plus fine de l’accès aux différents niveaux de diplômes. Or il n’est pas équivalent, en termes de carrière en particulier, d’être diplômé d’un BTS, d’une licence professionnelle ou encore d’un Master. Les différentes enquêtes convergent sur ce point. Ainsi la proportion des diplômés de DUT ayant un emploi de niveau cadre ou profession intermédiaire est de 59%, contre 73% pour les diplômés de licence professionnelle, et 87% pour les titulaires d’un Master. Quant aux salaires, les différences sont très nettes : en début de carrière, le salaire net médian mensuel des diplômés de DUT est de 1 460 €, quand il est de 1 600 € pour les titulaires d’une licence professionnelle et 1 900 € pour ceux d’un master. Par ailleurs, les comparaisons internationales fournissent des repères utiles mais leur interprétation est toujours susceptible d’être faussée par la situation particulière de chaque pays. Indépendamment des performances de nos partenaires, nous devons donc aussi nous interroger sur notre propre niveau d’ambition, compte tenu des spécificités de notre système et de notre souhait de construire une société apprenante. Enfin, notre système souffre de faiblesses structurelles liées à de fortes rigidités, qui constitueront un handicap croissant dans un monde complexe et mouvant. Au nombre de ces dernières figure le poids excessif de la formation initiale, alors que les évolutions technologiques et sociétales rapides aussi bien que les rythmes de progression diversifiés des  individus appellent la mise en place d’un véritable dispositif de formation tout au long de la vie.

  • Une justice de transition au Guatémala

    En 2016 au Guatémala, le procès de l’ancien président et commandant en chef des armées José Efraín Ríos Montt et de l’ex-directeur du renseignement militaire José Mauricio Rodríguez Sánchez, accusés de génocide et de crimes contre l’humanité, a été reporté. Le procès a commencé en mars devant un tribunal de risque majeur, puis, en mai, une cour d’appel a fait droit à la requête des plaignants, qui demandaient que les deux hommes soient jugés séparément. Le procès de José Efraín Ríos Montt devait se tenir à huis clos, en raison des dispositions spéciales adoptées après qu’il eut été établi que l’ancien président était mentalement inapte à comparaître. Les procès des deux hommes étaient au point mort à la fin de l’année.Cinq anciens membres de l’armée, dont Benedicto Lucas García, ancien chef du Haut Commandement de l’armée guatémaltèque, ont été inculpés dans le cadre de l’enquête sur la détention illégale, les actes de torture et les violences sexuelles perpétrés contre Emma Guadalupe Molina Theissen, et la disparition forcée de Marco Antonio Molina Theissen. Des ONG locales ont indiqué que plusieurs audiences avaient été suspendues et que les autorités judiciaires avaient imposé certaines restrictions et conditions à la famille de la victime et au public. Des membres de la famille Molina Theissen ont été victimes d’actes de harcèlement, notamment sur Internet. Des femmes de la famille ont été la cible de formes particulières de violences liées au genre, notamment de harcèlement et de diffamation. Dans une décision historique prononcée en février par le tribunal A de risque majeur, deux anciens militaires ont été reconnus coupables de crimes contre l’humanité pour avoir réduit en esclavage sexuel et domestique 11 femmes indigènes mayaq’eqchi et les avoir soumises à des violences sexuelles. Ces crimes ont eu lieu pendant le conflit armé interne dans une base militaire située dans la localité de Sepur Zarco. En juin, le tribunal A de risque majeur a statué que huit anciens militaires devaient être jugés pour des accusations liées à des affaires de disparitions forcées et d’homicides illégaux commis dans une base militaire aujourd’hui connue sous le nom de Creompaz, dans le département d’Alta Verapaz (nord du pays)3. Des proches des victimes ont fait l’objet d’une surveillance et ont été la cible de menaces, de harcèlement en ligne et d’actes d’intimidation à l’intérieur comme à l’extérieur de la salle d’audience. Des organisations de la société civile ont continué de militer en faveur de l’adoption de la Loi n° 3590 relative à la création d’une commission nationale pour la recherche des victimes de disparition forcée et d’autres formes de disparition. Ce texte, qui a été présenté pour la première fois devant le Congrès en 2006, n’avait pas été débattu à la fin de l’année 2016.

  • Vol extrême à Rennes

    Dernièrement, j'ai cassé la tire-lire : je me suis offert un vol en avion de chasse. Ça s'est passé à Rennes, et même si j'ai été malade vers la fin, j'ai adoré. Cette demi-heure est sans doute la chose la plus extraordinaire qu'on puisse vivre. Le problème, c'est que toute autre expérience risque de paraître fadasse, comparé à ça. De fait, je ne vois plus du tout quel genre d'activité nouvelle je vais bien pouvoir faire ensuite. Qui plus est, je commence à en avoir fait pas mal. Kitesurf, dégustation d'insectes, trek dans le désert : lorsque je peux effectuer une activité qui sort des sentiers battus, j'y vais sans réfléchir ! Beaucoup de gens me trouvent excentrique pour cela. Pourtant, mon comportement est tout ce qu'il y a de plus logique, en vérité. Il n'y a pas si longtemps, une personne proche s'en est allée. C'est arrivé du jour au lendemain. Et cette perte a modifié à jamais ma vision des choses. Parce que j'ai compris combien la vie est fragile. Bien entendu, je le savais déjà. Mais cela restait avant cette disparition quelque chose de purement théorique. Cette mort a imprimé sa marque sur moi. Depuis, tout est changé. Il est difficile de se contenter du train-train quand on sait à quel point la vie est éphémère ; cette pensée vous pousse à suivre vos envies, à jouir de tout. Un proverbe dit que les personnes ayant eu une maladie grave vivent chaque jour comme si c'était le dernier. Je suis dans ce cas de figure. Le décès d'un être cher est certes effroyable, mais il m'a quand même donné une leçon. Tout ça pour vous dire : vivez votre vie sans remettre à plus tard ! Ce conseil peut sembler d'une grande banalité. Néanmoins, personne ne le suit ! Alors ne passez pas votre temps devant des écrans. Sortez, amusez-vous, vivez toutes les expériences qui vous passent par la tête. Avant que tout cela ne soit plus possible. Et si mon vol en avion de chasse fait battre votre coeur, lancez-vous ! Pour connaître le détail du programme, c'est par ici. Davantage d'information sur ce ce baptême de l'air en avion de chasse Fouga Magister en allant sur le site web de l'organisateur.