Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Sport

  • Une fin tragique

    Récemment, j'ai pratiqué un stage de pilotage GT sur Audi à Croix. Je comptais en parler ici-même, puis je suis tombé sur un documentaire incroyable revenant sur la disparition de Diana. Je voulais quand même commenter cette histoire édifiante, qui m'a pas mal troublé à l'époque. Beaucoup de rumeurs ont fait leur apparition suite à sa mort. On a dénoncé le flash d'un photographe d'être responsable de l'accident, certains ont prétendu qu'il s'agissait d'un attentat arrangé par le MI-5. Mais la vérité est, finalement, nettement plus prosaïque. La Mercedes de Lady Di est entrée dans le tunnel à environ 150 km/h, et s'est alors retrouvée devant une petite Fiat qui roulait tranquillement. Le chauffeur de Diana a voulu freiner, a malgré tout frappé l'autre voiture sur le côté, cherché à redresser mais n'a pas été en mesure de maîtriser la voiture. Le conducteur de la Fiat, effrayé, a alors pris la tangente et a repeint son véhicule pour qu'on ne remonte pas jusqu'à lui. En résumé, l'accident n'a rien d'un complot soigneusement orchestré ! Les dernières révélations concernant cette histoire dénoncent une succession de détails ayant conduit au drame. La Mercedes de la princesse, bien que récente, avait un lourd passif. Elle avait été achetée en premier lieu par un particulier, puis braquée, et retrouvée totalement démolie à Roissy. Elle avait de fait été classée en tant que véhicule gravement endommagé. Elle devait finir à la ferraille, mais elle a finalement ressurgi dans la société Etoile Limousine, qui travaille surtout pour le Ritz. Le gérant l'aurait acquise en toute confiance chez Mercedes Austerlitz. Pour autant, il a rapidement réalisé qu'elle était difficilement maniable. Elle a été rendue plusieurs fois au garage pour qu'elle soit révisée, mais sans succès. Seulement voilà : c'est celle-ci qui était libre lorsque Lady Di et son conjoint ont voulu prendre la route. Il serait étonnant que les services secrets aient monté un scénario aussi lamentable ! Au vu du sujet du jour, je ne vais bien évidemment pas vous parler de mon stage de pilotage GT à tout de suite. Mais vous pouvez toujours consulter ce site, si vous êtes comme moi un inconditionnel des belles voitures ! Davantage d'infos est disponible sur le site de l'organisateur de ce stage de pilotage Audi.

  • Vol extrême à Rennes

    Dernièrement, j'ai cassé la tire-lire : je me suis offert un vol en avion de chasse. Ça s'est passé à Rennes, et même si j'ai été malade vers la fin, j'ai adoré. Cette demi-heure est sans doute la chose la plus extraordinaire qu'on puisse vivre. Le problème, c'est que toute autre expérience risque de paraître fadasse, comparé à ça. De fait, je ne vois plus du tout quel genre d'activité nouvelle je vais bien pouvoir faire ensuite. Qui plus est, je commence à en avoir fait pas mal. Kitesurf, dégustation d'insectes, trek dans le désert : lorsque je peux effectuer une activité qui sort des sentiers battus, j'y vais sans réfléchir ! Beaucoup de gens me trouvent excentrique pour cela. Pourtant, mon comportement est tout ce qu'il y a de plus logique, en vérité. Il n'y a pas si longtemps, une personne proche s'en est allée. C'est arrivé du jour au lendemain. Et cette perte a modifié à jamais ma vision des choses. Parce que j'ai compris combien la vie est fragile. Bien entendu, je le savais déjà. Mais cela restait avant cette disparition quelque chose de purement théorique. Cette mort a imprimé sa marque sur moi. Depuis, tout est changé. Il est difficile de se contenter du train-train quand on sait à quel point la vie est éphémère ; cette pensée vous pousse à suivre vos envies, à jouir de tout. Un proverbe dit que les personnes ayant eu une maladie grave vivent chaque jour comme si c'était le dernier. Je suis dans ce cas de figure. Le décès d'un être cher est certes effroyable, mais il m'a quand même donné une leçon. Tout ça pour vous dire : vivez votre vie sans remettre à plus tard ! Ce conseil peut sembler d'une grande banalité. Néanmoins, personne ne le suit ! Alors ne passez pas votre temps devant des écrans. Sortez, amusez-vous, vivez toutes les expériences qui vous passent par la tête. Avant que tout cela ne soit plus possible. Et si mon vol en avion de chasse fait battre votre coeur, lancez-vous ! Pour connaître le détail du programme, c'est par ici. Davantage d'information sur ce ce baptême de l'air en avion de chasse Fouga Magister en allant sur le site web de l'organisateur.

  • J'ai testé le L-39

    Voilà un moment que je ne suis pas près d'oublier : dernièrement, j'ai en effet pratiqué un vol en avion de chasse. Avec de la voltige et un vol en basse altitude, histoir de ne rien gâcher ! Ça s'est passé à Paris sur L-39 et c'était franchement hallucinant. J'ai adoré de bout en bout. Pourtant, en racontant mon expérience le lundi matin, j'ai été frappé par la réaction de mes collègues ; ils n'approuvaient pas. Ils n'admettaient en fait tout simplement pas le fait que j'aie pu gâcher une moitié de salaire pour vivre un moment aussi bref. Ça m'a tellement scotché que je suis resté coi sur le moment. Mais toute discussion aurait sans doute été inutile, avec le recul. Ces gens ont une conception du monde si étrangère à la mienne que toute compréhension est impossible entre nous, même si je m'étais évertué à leur exposer mon point de vue. Effectivement, j'aurais pu garder ce capital pour acquérir un nouveau téléviseur. Oui mais voilà : je n'en ai aucun besoin. J'ai déjà le nécessaire, merci bien. Et je pense également que nous devrions tous nous concentrons plutôt sur les moments rarissimes qu'offre la vie. Tout le temps qu'on passe devant le téléviseur est du temps gaspillé pour rien. Le peu de temps que j'ai passé en altitude, par contre, restera gravé en lettres de feu dans ma mémoire. Et c'est ça qui compte, à mon sens ! Ça se résume à un choix, en fin de compte. Une vie devant un écran est-elle vraiment une vie ? Personnellement, j'ai un doute. Et peu importe si les gens pensent le contraire et jugent mes choix de vie. La bave du crapaud ne saurait atteindre la blanche colombe que je suis : surtout quand ladite colombe est dans un avion de chasse ! Pour ceux qui veulent en savoir plus, voilà le prestataire par lequel je suis passé pour ce vol en L-39 à Paris. Si vous êtes facilement malade dans les transports, en revanche, oubliez tout de suite : ça secoue drôlement, là-haut ! Et même moi qui ai pourtant l'estomac solide, j'avais un joli teint verdâtre en retrouvant le tarmac !